A vos boutures de racines !

Publié le

  Phlox paniculata 'Hotley Ideal' 9529 redimensionnerLes mois d’hiver sont généralement peu propices à la multiplication car les parties aériennes entrent en vie ralentie ou disparaissent dans le sol. Cependant l’hiver est la meilleure période pour effectuer le bouturage de racines des vivaces à racines charnues et de certains arbustes. Le procédé très simple demande peu de moyens et surtout peu de soins en attendant le printemps pour le repiquage.

 

 

Massif de Phlox en fleurs au jardin Dominique Alexandre Godron à Nancy (54), Photo Vavou

 

 

 

1 - Quelles espèces ?


Le bouturage de racines concerne les phlox, statices (Limonium),Kolkwitzia amabilis 17942 redimensionner gaillardes, molènes (Verbascum), pavots orientaux, Anchusa, lupins, acanthes, panicauts (Eryngium) ainsi que les pivoines vivaces et arbustives. La multiplication du Romneya coulteri, très difficile par semis ou bouturage de tiges, se réalise plus aisément à partir des racines.

Parmi les arbres et arbustes, cette technique fonctionne avec ceux qui ont tendance à drageonner comme le sumac de Virginie (Rhus typhina), l’ailanthe (Ailanthus altissima), la corête du Japon (Kerria japonica), le Kolkwitzia amabilis le rosier rugosa, le framboisier, le bambou traçant, etc. On peut opérer ainsi également pour l’orme, l’érable et le cognassier (Cydonia).

 

Kolkwitzia amabilis au jardin botanique de bordeaux (33) , Photo Vavou

 

2 - Le procédé de bouturage

 

2.1 L’extraction des racines

- Préparez des caissettes de 5 cm de haut, remplies d’un mélange de tourbe-sable à parts égales ou d’un terreau léger ;

- Sortez la souche de la plante vivace en enfonçant profondément la fourche-bêche afin de ne pas endommager les racines. Lorsqu’il s’agit d’arbres ou d’arbustes, dégagez simplement la base de la plante sur un côté pour avoir accès aux grosse racines charnues ;

-Sélectionnez de belles racines de la grosseur d’un crayon, munies de radicelles et éventuellement d’un bourgeon (cas du framboisier et du bambou).

-Séparez-les de la souche en effectuant une coupe nette à l’aide d’un sécateur, d’un couteau ou d’un greffoir bien affûté et désinfecté. Rincez les racines sous l’eau claire puis coupez des bâtonnets de 3 à 5 cm (jusqu’à 10 cm s’agissant d’arbustes). Réduisez les radicelles si elles forment un chevelu important. Enterrez ou recouvrez sans tarder les racines du pied-mère.

 Bouturage de racines d'anémone du Japon 42663 redimensionn

Sectionnez des racines de la grosseur d’un crayon (Photo vavou)

 

2.2 La mise en caissette

Bouturage de racines d'anémone du Japon 42665 redimensionnLes racines (ici Anemone Japonica) , munies d’un chevelu, sont disposées horizontalement dans le caissette, puis recouvertes de terre (photo Vavou)

- Disposez vos tronçons horizontalement dans la caissette préalablement humidifiée et recouvrez de 2-3 cm de terre. Pour les arbres et arbustes, placez-les en oblique de manière à laisser dépasser une extrémité de 1 cm hors de terre. Laissez le bourgeon en surface dans le cas du framboisier.

- Placez le tout sous châssis hors-gel. La température optimale est de 12 °C voire plus. La caissette n’a pas besoin d’être éclairée du moins tant que les tiges ne pointent pas. Maintenez le substrat humide mais sans excès ou vos racines ne tarderaient pas à pourrir.

- Etiquetez soigneusement vos caissettes avant de les oublier !

 

 

 3 - Le repiquage

Il a lieu en général au mois de mai lorsque les parties aériennes ont poussé de quelques centimètres.

Dégagez vos boutures délicatement et repiquez-les dans un pot assez gros de façon à les cultiver jusqu’à l’automne sans les déranger.

Si vous effectuez vos boutures directement en pleine terre, la croissance des plants est beaucoup plus lente et une protection efficace contre limaces et escargots est nécessaire !

Petite astuce

- Manipulez les racines de sumac avec des gants fins pour éviter le contact de la sève très irritante pour la peau.

- dans le cas de grosses touffes en cépée, vous pouvez directement arracher une partie de la souche, la couper à la scie et replanter les deux mottes comme sur la photo ci- jointe (photo Vavou). Les Kerria, les Kolkwitzia, les framboisiers, les eupatoires, les hémérocalles et les agapanthes supportent très bien ce genre de division de touffe.

Division touffe, Eupatorium, Audenge (33) Lucasson 36747 re  Division touffe, Eupatorium, Audenge (33) Lucasson 36751 re

 

Commenter cet article

Sylvaine 23/01/2011 19:51


Toujours très interessants, tes articles :)
Mais dans mon clos, anémones du Japon, molène et surtout acanthes se propagent très bien - trop bien ! - sans aide ma part lol
Bonne soirée


Vavou 27/01/2011 21:41



Bonsoir,


Les boutures de racines fonctionnent d'autant mieux que les plantes ont déjà une tendance naturelle à drageonner. C'est effectivement le cas des anémones et des kerria par exemple. Dans le cas
des acanthes, la propagation peut être autant liée aux drageons qu'aux graines qui germent facilement. Pesronnellement, je fais des boutures de racines essentiellement sur les phlox car la partie
aérienne disparait complètement l'hiver.


A bientôt