Choisir et planter un arbre : quelles implications ?

Publié le par Vavou

L’automne est la meilleure saison pour la plantation des arbres et des arbustes. Leur pousse ne sera que meilleure au printemps. Mais planter un arbre demande réflexion quant au choix de l’essence, de son emplacement et de la façon de le conduire. Sa longévité fait qu’on s’engage sur le long terme, on ne peut s’empêcher de penser qu’un jour ses petits enfants joueront peut-être à grimper dedans ! On le voudrait symbolique de quelque chose, d’une naissance, d’un lien familial. Il serait dommage de mettre à bas ses belles images parce que l’arbre ou l’emplacement choisi ne convient plus. Voici donc quelques précautions d’usage avant de vous lancer.

 

 

     Aesculus carnea 6327 redimensionner   Aesculus hippocastanum 2163 redimensionner

 

Deux arbres du même genre mais pas de la même espèce et de grosses différences de taille au final à gauche, le marronnier  Aesculus carnea de petit développement et à droite, Aesculus hippocastanum, le marronnier d’Inde de grande taille (photo Vavou)

 

 

Choisir son arbre

 

Les pépinières offrent un choix de plus en plus large d’espèces exotiques, assez peu connues et pas toujours bien adaptées à nos conditions environnementales. Aussi, certains acheteurs préfèrent s’orienter vers des espèces familières, mais se laissent parfois surprendre par la rapidité et le volume de leur croissance (voir tableau). A ce sujet, il est souvent très instructif de visiter les jardins publics des alentours. Vous y découvrirez sans doute de nouvelles espèces et hybrides, dont vous pourrez estimer la vigueur et les dimensions à venir. Notez que la plupart des hybrides sont moins grands que l’espèce type mais certains, notamment parmi les conifères, vieillissent mal : leur silhouette devient éclatée.

 

Exemples d’arbres de petites tailles

 

Hauteur inférieure à 10 m

 

Acer platanoides 'Lobergii' (érable) 

Albizia julibrissin au parc de la Beaujoire à Nantes (44), Photo Vavou

 Albizia julibrissin 11168 redimensionner

Albizia julibrissim (arbre à soie) 

Betula verrucosa 'Youngii', 'Purpurea' (Bouleau)

Cercis siliquastrum (arbre de Judée)

Malus floribunda (pommier d’ornement)

Eriobotrya japonica (néflier du Japon)

Fagus sylvatica ‘Purpurea Pendula’(hêtre pourpre)

Magnolia x soulangeana à Quimper (29) Photo Vavou 

 

Magnolia blanc 5747 redimensionner

Fraxinus ornus (frêne à fleurs)

Koelreuteria paniculata (savonnier)

Magnolia x soulangeana, stellata

Morus kagayamae (mûrier platane)

Robinia pseudoacacia 'Umbraculifera' (Robinier ou acacia)

Lagerstroemia indica sur la promenade fleurie de Mimizan (40) Photo Vavou

 

Lagerstroemia indica 10568 redimensionner

Salix caprea (saule marsault)

Sorbus aucuparia (sorbier des oiseleurs)

Tamarix

Lagerstroemia indica

 

Hauteur comprise entre 10 et 15 m

 

Acer campestris (érable champêtre)

Catalpa bignonioides au Parc de la Pépinière à Nancy (54), Photo Vavou

Catalpa bignonioides 9594 redimensionner

 

Acer monspessulanum (E. de Montpellier)

Acer platanoides 'Drummondii' (érable)

Betula utilis, verrucosa (bouleau)

Catalpa bignonioides (Catalpa)

Eucalyptus darympleana

Gleditsia triacanthos 'Sunburst'

Liquidambar styraciflua

Liquidambar styraciflua au parc botanique de Talence (33) Photo Vavou

Liquidambar styraciflua 13663 redimensionner

Paulownia tomentosa

Populus lasiocarpa, simonii (peuplier)

Quercus ilex (chêne vert)

Salix matsudana 'Tortuosa' (saule tortueux)

Sorbus aria, domestica (sorbier)

Tilia cordata 'Glenleven' (tilleul)

Picea pungens (épicea du Colorado)

Taxus baccata (if) 

 

Certaines essences comme l’érable argenté (Acer saccharinum), le Pterocarya, le bouleau, ont des racines superficielles capables de soulever les trottoirs ou qui empêchent toute plantation à leur pied. Si dans un grand jardin, cela se conçoit, dans un petit, cela devient vite problématique.

Robinia pseudoacacia 'Frisia' 18748 redimensionnerL’ombrage du feuillage est aussi un aspect important à considérer surtout si vous plantez l’arbre près d’une habitation. Le mûrier-platane offre une ombre très dense et ses larges feuilles coriace à l’automne se dégradent très lentement. L’ombre de l’albizia (Albizia julibrissin) ou des robiniers (Robinia pseudoacacia 'Frisia') ou de l’arbre de Judée (Cercis siliquastrum) par exemple est, au contraire, très légère et permet tout juste de s’abriter des rayons du soleil, dans le Midi.

 

 

Robinia pseudoacacia 'Frisia' dans le Périgord (24), Photo Vavou

 

 

 

Cercis siliquastrum 6029 redimensionner

Cercis siliquastrum en fleur sur le Bassin d’Arcachon (33) Photo Vavou 

 

Un emplacement adéquat

 

Près d’une maison, les risques de plantation d’un arbre de grande envergure sont désormais pris en compte depuis la tempête de décembre 1999. Les grands pins qui faisaient le charme des villas de bord de mer, ont commis de gros dommages en tombant sur les habitations. Aussi, certains propriétaires se sont empressés d’abattre les rescapés pour limiter les risques. Il est certain que les conifères, et notamment les pins, offrent une portance au vent supérieure aux feuillus dépourvus de feuilles en hiver. La taille drastique des grosses branches n’est pas pour autant une solution car cela diminue la résistance de l’arbre, affaibli par des plaies mal cicatrisées.

D’autre part, conserver une vue dégagée depuis une baie vitrée ou une terrasse est un point important à considérer. L’excès d’ombrage constitue un inconvénient pour l’éclairage de la maison mais aussi pour la culture d’un potager.

 Taille le long ligne électrique EDF 23608 redimensionner

Petit pin parasol (Pinus pinea) est devenu grand et a fini dans les lampadaires et les fils téléphoniques d’où une taille très disgracieuse, Béziers (34) Photo Vavou

 

Une conduite adaptée commence par : 

 

Une bonne taille de formation

On ne devrait pas avoir besoin de tailler un arbre pour que son architecture se développe harmonieusement. Si vous disposez de suffisamment de place, la forme libre est encore celle qui pose le moins de soucis. Lors de l’achat, veillez à ce que l’arbre possède une flèche bien droite et unique. Si elle vient à casser, il est facile de la reformer chez un arbre jeune, en redressant une branche, maintenue par une ligature. La suppression de la flèche est malheureusement souvent pratiquée à la plantation. Attention, lorsqu’il s’agit d’arbres greffés en couronne, destinés à former une tonnelle ou de fruitiers conduits en gobelet, il est normal que l’on ait supprimé la flèche au départ des charpentières.

Un des soucis du jardinier, pendant les jeunes années de l’arbre, sera donc de vérifier qu’aucune fourche n’apparaît. Ce phénomène est très fréquent chez l’Acer saccharinumWierii’, le Sophora japonica et le frêne (Fraxinus).

      Eclaircie couronne feuillue 18414 redimensionner    Eclaircie couronne feuillue 18419 redimensionner Eclaircie couronne, Audenge (33) Lucasson M Cabane 22908 re 

Taille d’éclaircie et relèvement des branches basses sur le chêne rouge (Quercus rubra) de mon jardin, ça fera un peu de soleil pour les plantes situées dessous (Photo Vavou)

 

Tuteur sur hêtre 17239 redimensionnerLa taille de formation va consister à :

- éliminer les axes poussant de façon trop verticale qui concurrencent la flèche,

- ôter les ramifications trop faibles ou en surnombre qui poussent à l’intérieur du houppier,

- élaguer les branches basses de façon à remonter le houppier progressivement. Conservez des branches au minimum sur 1/3 de la hauteur de l’arbre.

La taille s’effectue au printemps, avant l’éclosion des bourgeons, ou en juin-juillet. Ainsi vous couperez des rameaux de faible diamètre (inférieur à 2 cm) entraînant une cicatrisation très rapide.

 

Jeune hêtre, tuteuré, paillé et dont la couronne a été remontée (un peu trop à mon goût). L’éloignement des tuteurs par rapport au tronc évitera les blessures les jours de vent… précaution bienvenue pour ce hêtre planté au Château de Kerjean près de Brest (29), Photo Vavou

 

L’entretien de la forme

Par la suite, lorsque l’arbre atteint une certaine maturité, la flèche disparaît et le sommet du houppier s’arrondit. Les ramifications se poursuivent entraînant une densification des rameaux à l’intérieur du houppier. Certaines branches basses et trop ombragées diminuent leur croissance et finissent par se dessécher naturellement. Votre travail consiste à accompagner l’arbre afin qu’il favorise ses branches maîtresses, les plus vigoureuses et les mieux orientées.

 

Pour équilibrer la forme de l’arbre :

- supprimez un certain nombre de branchages empêchant la pénétration de la lumière, juste au-dessus d’une ramification,

- ôtez les bois dépérissants, présentant des blessures ou des chancres,

- coupez les gourmands.

Evitez toujours de supprimer plus de 30% du volume initial du houppier afin de ne pas trop perturber l’équilibre de l’arbre. Ce travail peut nécessiter l’intervention d’un grimpeur-élagueur professionnel pratiquant la « taille douce ».

 

Quelques exemples d’arbres à petits développement :

 

Cornus florida 'Rubra' - les barres 129 redimensionnerCornus florida 'Rubra', un arbre de 4 ou 5 m avec des fleurs roses ou blanches au printemps et de jolies couleurs automnales, Arboretum des Barres (45), photo Vavou

 

 

 

 

 

 

Prunus cerasifera 'Pissardii' 24334 redimensionnerLe très classique Prunus cerasifera 'Pissardii’ au charme un peu suranné, mais qui est ici très bien accordé à la couleur de cette vieille ferme du côté de Toulouse (31), Photo Vavou

 

 

 

 

La belle floraison jaune du savonnier (Koelreuteria paniculata; à l’automne les feuilles virent au jaune vif. Cet arbre résiste bien au froid si l’on en croit cette photo que j’ai prise à Nancy (54) Photo Vavou. Pour d’autres arbres à feuillage automnal, consultez l’article sur les feuillages automnaux.

 

Koelreuteria paniculata 9650 redimensionner

Un arbre simple, rustique aussi intéressant au printemps qu’à l’automne et qui ne dépasse pas 5 mètres, c’est le pommier d’ornement dont il existe plein de variétés aux fleurs roses ou blanches comme ici (Malus 'Evereste' PERPETU), au feuillage vert ou pourpre, aux fruits jaune, orangé, ou rouge. A vous de trouver la combinaison qui ira le mieux à votre jardin.

 

Malus 'Evereste' PERPETU, Primelin (29) Keramu 38449 redime Malus floribunda 15109 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La série des magnolia est aussi très intéressante. Si les espèces botaniques comme M. denudata peuvent avoir un développement important, il y a plein de variétés à petit développement comme la série des M. stellata. Pour plus d’infos, allez voir mon article sur les magnolias

Publié dans Arbres

Commenter cet article

Marie-Claude 27/11/2010 07:27


je viens de découvrir ce blog par l'intermédiaire de Marie-Noëlle, c'est un plaisir de le lire et de découvrir toutes ces connaissances.
Bon week-end
MC


Capucyne 26/11/2010 08:53


Je découvre votre blog et j'y reviendrai...
L'albizia certes n'est pas très haut, mais s'étale en largeur, ce qui fait qu'il prend quand même pas mal d eplace!


26/11/2010 10:02



Bonjour capucyne,


Votre remarque est très pertinente. je considère l'albizia comme un petit arbre car il ne pousse pas très haut. Mais il pousse effectivement beaucoup en largeur ! De ce point de vue, c'est une
caractéristqiue qu'il partage avec le mûrier platane par exemple. Dès lors le seul moyen de limiter sa pousse en largeur, c'est d'élaguer tous les 2-3 ans les branches les plus grosses. Cela
marche assez bien dans le cas du mûrier platane mais c'est assez disgracieux dasn le cas de l'albizia. C'est pour cela que je conseille souvent le pommier d'ornement dont le développement est
limité en hauteur comme en largeur.


Cordialement


Vavou


 



Sylvaine 25/11/2010 15:46


Bonjour Vavou,

Grâce à Marie-Noëlle, je viens de découvrir votre blog, plein d'enseignements très interessants.
Je reviendrai :)


25/11/2010 21:54



Bonsoir et merci, le prochain article traitera de la question des sols et de la fertilisation. c'est un sujet un peu technique. J'espère qu'il vous intéressera.


Bonne nuit à Capucine (qui doit hiberner maintenant) et à Crocus qui ronronne, je suppose...


A bientôt


Vavou


 


,



Pétales de fées 24/11/2010 15:55


Je découvre ton superbe blog. Je suis ravie de l'installer dans mes jardins préférés car j'y trouve plein de conseils, des photos superbes et comme j'ai la chance de posséder deux hectares de
terrain à aménager, je sens que je viendrais prendre conseil chez toi !
Belle journée et à bientôt !
Ariane


25/11/2010 22:13



Bonsoir,


Merci pour vos encouragements. Avec deux hectares, vous aurez de quoi faire et en même temps, c'est juste ce qu'il faut pour ne pas être débordée. Pour ma part, mon jardin est bien plus petit
mais de l'autre côté du grillage, il y a 10 ha de pins maritimes... Pour ce qui concerne des conseils en aménagement de jardin, j'essaierai de traiter le sujet en février ou mars. Mais le
prochain sujet sera sur le sol et les moyens d'améliorer sa fertilité si ncessaire


A bientôt


Vavou



khaleduz.over-blog.com 20/11/2010 22:14


trés interessant....bonne continuation


Marie-Noëlle 19/11/2010 21:21


Cet article confirme l'excellente impression laissée par votre blog lors de mon dernier passage. Si vous le permettez, j'aimerais écrire un billet vous concernant sur mon blog afin de vous faire
connaitre. Si vous ne le désirez pas, je comprendrai et respecterai votre choix. Faites-le moi savoir. A bientôt