Hamamelis, l’arbuste aux fils d'or

Publié le par Vavou

L’Hamamélis (Hamamelis sp.) est souvent le premier arbuste qui ose présenter ses fleurs très particulières alors que l’hiver est loin d’être fini. Il fleurit dès le mois de février et ses feuilles se parent à l’automne d’une couleur jaune-orangé qui en fait un des plus beaux arbustes du jardin. Malgré sa discrétion le reste de l’année, il mérite une place de choix au jardin.

Hamamelis Arnold Promise 3909 redimensionner

 

Hamamelis x intermedia 'Arnold Promise' (Photo Vavou)

 

1 - Magique en hiver, éblouissant en automne

 

La floraison très précoce des hamamélis est inféodée à deux facteurs : il faut que les jours rallongent sinon, il reste en bouton (sauf chez H. virginiana qui peut fleurir dès la fin novembre). Il lui faut ensuite des températures diurnes supérieures à 0°C. Si ces conditions sont réunies, les hamamélis fleurissent alors de la mi-janvier à début avril. Leurs fleurs sont légèrement parfumées et apportent au jardin une touche de lumière précieuse à cette époque. Par les matins de givre, les fleurs composées de 4 pétales étroits de 2 cm de long et 4 étamines vous offriront un spectacle inoubliable. Lumineux en hiver, il se pare aussi à l'automne de couleurs exceptionnelles, mêlant le jaune, l'orange, le rouge vif et le cuivre.

La plupart des hamamélis du commerce sont multipliés par greffage et de bonne dimension, ce qui en explique leur prix relativement élevé. Les hamamélis présentés fleuris en conteneurs gagneront à rester dans leur pot jusqu'à la fin de la floraison pour une plantation au printemps.

 19C Hamamelis automne et Nyssa sylvatica 22873b redimension

Feuillage écarlate de l’Hamamelis au parc floral de Bordeaux (Photo Vavou) 

 

2 - Les espèces et variétés d’hamamélis

 

21 - Les espèces botaniques

 

Le genre Hamamelis compte 5 espèces. Trois nous viennent d’Amérique du Nord et deux autres d’Asie.

  • Hamamelis vernalis 'Amethyst', Anvers (Belgique) arboretumHamamelis virginiana est une espèce américaine découverte en 1736 par le botaniste John Bartram. Elle a été diffusée en Europe vers 1750 par l’amateur de jardin Peter Collinson qui entretenait une abondante correspondance avec les collectionneurs de plantes nord-américains dont Bartram lui-même. Ce grand arbuste mesure entre 3 et 5 m de haut. C'est le plus précoce des hamamélis. Ses fleurs jaunes citron s’épanouissent dès le début de l’automne et se succèdent jusqu'au cœur de l'hiver. Les deux autres espèces américaines sont H. ovalis et H. vernalis que l’on trouve de la Louisiane à l’Arkansas. Les fleurs des hamamélis américains sont généralement plus petites que celles des hybrides japonais sauf chez le bel Hamamelis vernalis 'Amethyst' (photo ci-contre) qui possède de longs pétales violets, couleur de fleurs assez peu fréquente chez les autres hamamélis ;

 

  •  Hamamelis mollis 'Coombe Wood', Anvers (Belgique) arboretumHamamelis mollis : cette espèce fut découverte en 1879 soit un siècle après la découverte des hamamélis américains, près de Jiujiang dans le Sud de la Chine par l’explorateur anglais et collectionneur de plantes Charles Maries. Travaillant pour les célèbres pépinières Veitch, les plants issus des graines qu’il leur avait expédiées végétèrent plus de vingt ans jusqu’à ce que les responsables de la pépinière se décident à inscrire cette espèce à leur catalogue en 1902. Cet hamamélis de Chine aux fleurs jaunes d'or non tortueuses atteint 5 m de haut en culture. La variété H. 'Brevipetala', porte des pétales plus courts, droits, d'un jaune-bronze orangé. Chez Hamamelis mollis 'Coombe Wood', les pétales jaune d’or sont très longs et insérés au sein d’un calice pourpre (photo ci-contre, Arboretum de Kalmthout) ;

 

  • Hamamelis japonica var flavopurpurascens, Anvers (Belgique)Hamamelis japonica fut découvert par Veitch en 1862. C’est un arbuste de 3 à 4 m de hauteur, qui dans son Japon natal peut atteindre 8 à 10 m. Les fleurs, aux pétales de 2 cm de long, sont généralement jaunes. Épanouies en très grand nombre, de janvier à mars, elles exhalent un parfum agréable. Les étamines de la variété Hamamelis japonica var flavopurpurascens proposent un joli dégradé de couleurs rose à jaune assez peu commun chez les hamamélis (photo ci-contre, Arboretum de Kalmthout) .   

 

 22 - Les hybrides japonais : un festival de fleurs et de couleurs

 

Hamamelis x intermedia 'Nina', Anvers (Belgique) arboretum

Hamamelis x intermedia 'Nina' (Photo Arboretum de Kalmthout)

 

Comme dans le cas de nombreuses plantes, les espèces botaniques ont été rapidement supplantées par des variétés sélectionnées dont les caractéristiques florales et foliaires ont été accentuées afin d’élargir la palette esthétique à notre disposition. La plupart des Hamamelis utilisés dans nos jardins sont ainsi issus d’hybridations entre les deux espèces asiatiques Hamamelis mollis et Hamamelis japonica. Ces croisements ont été facilités par des périodes de floraison et des habitats communs. Le premier hybride fut découvert en Europe en 1920 par Johan Lange du jardin botanique de Charlottenlund au Danemark. En 1953, il baptisa une sélection de ces semis Hamamelis japollis ‘Nina’ (qui devint plus tard Hamamelis x intermedia ‘Nina’).

 

 

   Acer palmatum, Bordeaux (33) le Jardin public 48665 redimen

Parallèlement à ces découvertes plus ou moins fortuites, des pépiniéristes découvrirent rapidement les possibilités offertes par ce nouveau croisement et se mirent à développer leurs propres cultivars. L’Arboretum Kalmthout près d’Anvers en Belgique fut le berceau de la culture des Hamamelis à partir des années 1930. Ce haut lieu de la botanique reste aujourd’hui un site de référence où sont sélectionnées les plus belles variétés actuelles d’hamamélis. Le directeur de l’époque, Antoine Kort aurait hybridé et cultivé des centaines de plantes. Il créa notamment Hamamelis x intermedia ‘Ruby Glow’ aux étamines rouge orangé qui est issu d’un croisement entre Hamamelis x intermedia 'Adonis' et H. japonica 'Rubra Superba'.

 

 

   

 

Belle association d'hamamelis et d'Acer palmatum à l'automne au jardin public de Bordeaux (Photo Vavou)

 

 

 

 

À partir des années 1950, les successeurs de Kort, Robert et Jelena de Belder créèrent, de très nombreux hybrides inscrits aux catalogues des pépiniéristes les plus exigeants. Certaines de ces variétés ont retenu mon attention :  

 

Hamamelis x intermedia 'Jelena'-redimH x intermédia ‘Jelena’ (Photo ci-contre de Julia Jarman) est un des hamamélis les plus vigoureux, puisqu’il atteint facilement 4 mètres en tous sens. En janvier-février, il se couvre de fleurs orange cuivré. Les pétales jaune ocre sont teintés de rouge à la base. Le feuillage printanier est vert jaunâtre légèrement coloré de bronze. En automne, il vire au jaune orange. Cette sélection a été obtenue par Kort vers 1935 et il fut baptisé en 1954 par R. de Belder en hommage à son épouse ;

 

 Hamamelis x intermedia 'Diane', Anvers (Belgique) -copie-1H x intermédia ‘Diane’ fut ainsi baptisé du prénom de la fille des De Belder. Ce cultivar inventé en 1969 possède des pétales rouge rosé à la base, un calice rouge pourpre et un magnifique feuillage automnal orange cuivré écarlate. Cet hybride est plus large que haut puisqu'il atteint environ 2,50 m de haut sur 3 m de large.

 

 

Hamamelis x intermedia 'Livia', Anvers (Belgique) arboretumH x intermédia ‘Livia’ est intéressant pour  les petits jardins car il ne dépasse guère 2,50 mètres de haut sur 3 m de large. Il possède des pétales rose foncé à la limite du carmin. Sa floraison est relativement longue puisque les premières fleurs peuvent apparaître en fin d’automne et les dernières en mars. Son feuillage est rouge orangé en automne. Cette obtention récente des De Belder fut baptisée du nom de leur première petite en 1993 ;

 

 

 

 

 

Hamamelis x intermedia 'Pallida', Anvers (Belgique) arboretHamamelis x intermedia 'Pallida' : cet hybride relativement ancien possède de grandes feuilles de 15 cm de long qui prennent une belle couleur jaune d’or à l’automne. Ses longues fleurs jaune soufré apparaissent au milieu ou en fin d’hiver. Il a un gabarit assez grand car il monte à 3 m de haut et s’étale sur 4 m. Son parfum citronné est puissant.

 

 

 

 

 

 

Hamamelis x intermedia 'Robert', Anvers (Belgique) arboretuHamamelis x intermedia Robert' a des fleurs orange cuivré dont les pétales sont rouges à la base et orange au sommet. Le calice est brun rouge clair. Son feuillage automnal est jaune orangé. Il a été baptisé en 2000 du nom de son obtenteur Robert de Belder, décédé en 1998.

       

 

 

 

 

 

 

Hamamelis x intermedia 'Wiero', Anvers (Belgique) arboretumH x intermedia 'Wiero' est original par ses étamines très recourbées et d’un jaune citron éclatant (photo ci-contre Arboretum de Kalmthout)

 

 

 

H x intermedia 'Double Gold' intéressera les amateurs de feuillage panaché puisque cette variété possède des feuilles vertes teintés de jaune pâle en été.

 

 

 

 

3 - Un arbuste de belle venue

 

L'hamamélis est un sujet à isoler ou à planter en petit bosquet par groupe de 3 ou 5 sujets. Placez-les à l'entrée du jardin, en signe de bienvenue ou dans un endroit visible de l'entrée et de votre maison. Associez-le avec un Camellia sasanqua pour un véritable enchantement. Choisissez un camélia à fleurs rose tendre ou rouge éclatant pour accompagner un hamamélis jaune. Préférez un camélia blanc avec un hamamélis rouge. En compagnie de graminées, il fera aussi merveille, surtout dans les régions où le givre matinal métamorphose la nature en féerie hivernale. Pour mieux profiter de sa floraison, donnez-lui un fond de verdure permanent, devant un rideau de conifères, d'arbustes persistants ou avec de grands rhododendrons. Vous pouvez garnir le pied d'un hamamélis avec des fleurs à bulbes : colchiques pour accompagner le feuillage en automne et jacinthes des bois (Hyacinthoides non-scripta) pour colorer le printemps dans la période où l'hamamélis paraît dénudé, puisqu'il a fini de fleurir, mais ne s'est pas encore couvert de ses nouvelles feuilles. Ou bien optez pour un tapis de bruyères d'hiver (Erica carnea rose pâle ou blanc).

 

19B Hamamelis automne 22862 redimensionner

 

Feuillage écarlate de l’Hamamelis mêlé aux rhododendrons disposés sur un tapis d’Aegopodium au parc floral de Bordeaux (Photo Vavou)

      

Ils supportent des températures basses (de l'ordre de - 20 °C), ce qui garantit une parfaite rusticité dans toutes les régions. Il faut toutefois leur épargner le Midi méditerranéen, car ils apprécient une certaine fraîcheur en été. Les fleurs sont très tolérantes, puisqu'elles résistent à une prise en glace complète.

 

4 - Facile à vivre

 

Hamamelis japonica var flavopurpurascens 21727 redimensionnLes hamamélis se montrent en général insensibles aux maladies et sont très peu attaqués par les insectes. Ces arbustes apprécient un sol plutôt acide, qui ne se dessèche pas trop durant l'été. Installez les hamamélis à mi-ombre, dans une ambiance plutôt humide, sans chaleur excessive en été. Il est important que la plante bénéficie en hiver d'un maximum de luminosité, afin de fleurir en abondance. Il est aussi très important de bien arroser après les périodes de fortes chaleurs et même de doucher copieusement le feuillage le soir. Une exposition ensoleillée le matin et plutôt mi-ombragée l'après-midi est idéale (est, nord-est). Evitez les expositions aux vents frais et desséchants.

La taille n'est pas nécessaire, excepté pour rééquilibrer la silhouette. De croissance assez lente, il atteindra 1,50 m de haut et 2 m de large, après 5 ans de plantation et 5 x 6 m après 20 ans. Chaque année, ajoutez un paillis permanent en avril-mai (mulch) de 5 à 10 cm d'épaisseur pour le préserver de l’assèchement estival.

 

 

Hamamelis japonica var. flavopurpurascens, au Benmore Botanical Garden en Ecosse (Photo Vavou)

 

 

5 – Quelques qualités médicinales

 

Les Amérindiens utilisaient l’écorce et les feuilles d'hamamélis pour soigner les varices et les hémorroïdes ainsi que les contusions, les entorses, les plaies mineures et les inflammations locales de la peau et des muqueuses. On se sert toujours de son principe actif – hamamélitanin – dans les lotions après-rasages et dans les pommades contre les piqûres d’insectes. Ses graines sont comestibles mais je ne dirai pas si elles présentent un véritable intérêt gustatif…

 

Le nom hamamélis qui vient du grec hama (ensemble) et mêlon (fruit ou pomme) existe depuis longtemps puisqu’il désignait le néflier dans la Grèce Antique. Son nom a été repris par Linné en 1742 pour désigner cet arbuste américain qui peut porter simultanément des fleurs et des fruits.

Dans le langage des fleurs, l'hamamélis a pour signification : « vous m'envoûtez ». On l'a longtemps appelé « le noisetier des sorcières », les anglais continuant d'ailleurs à le baptiser ainsi (witch hazel). Selon des linguistes anglophones, le « witch » se réfère au terme « sorcière » mais il pourrait avoir remplacé les vieux termes anglais « wiche ou « wice », qui signifie « souple » ou « qui se plie », les premiers colons américains ayant utilisé des branches d'hamamélis comme baguettes de sourcier. Arbre aux sorcières ou arbres des sourciers, le mystère demeure…

 

Hamamelis x intermedia 'Twilight', Anvers (Belgique) arboreHamamelis x intermedia 'Twilight (Photo Arboretum de Kalmthout)

 

 

 

 

 

 

6 - Pour en savoir plus et autres articles de saison

 

Vous trouverez des renseignements supplémentaires et de très belles photos d'autres cultivars sur ces deux sites qui évoquent très bien le genre Hamamelis :

 

Vous trouverez également sur mon site quelques articles de saison qui vous intéresseront peut-être :

Publié dans Arbustes

Commenter cet article

Petite église est devenue grande!Capucyne 31/01/2012 12:08

je ne les connaissais pas, mais ton article me fait envie!!!

Duo Jardin 30/01/2012 21:17

Nous venons d'introduire un hamamélis dans le jardin et c'est avec intérêt que nous avons consulté votre article. Heureux de découvrir qu'il accepte la situation nord, nord-est.