Le Camellia sasanqua, un camélia parfumé

Publié le par Vavou

Un camélia du sud du Japon

Camellia sassanqua, Bordeaux (33) jardin botanique de la BaLes Camellia sasanqua sont originaires des îles tempérées de Shikoku et de Kyūshū à l’extrême Sud du Japon. Ils poussent sur les pentes herbeuses et dans les forêts de Cryptomeria jusqu’à 900 m d’altitude. Pas vraiment considéré comme un véritable Camellia par les Japonais, ce sont surtout ces feuilles qui ont été utilisées en guise de thé et l’huile de ses graines pour la cuisine.

Carte japon

Les premiers cultivars et hybrides n’ont été sélectionnés pour un usage ornemental dans les jardins japonais qu’au début du XVIIIe siècle. Alors que les premiers exemplaires de Camellia furent introduits pour la première fois en Europe en 1752 par un jésuite, le frère Jirí Josef Camel (ou Kamel) d’où le nom générique de Camellia, ce sont des commerçants hollandais qui ont introduit les premiers exemplaires de Camellia sasanqua en Europe en 1869, soit près d’un siècle plus tard.

 

Une floraison généreuse et hâtive s’il pleut en juillet !

Camellia sasanqua 'Yoimashi' 15233
Ces arbustes persistants ressemblent beaucoup aux Camellia japonica mais ils fleurissent beaucoup plus tôt, généralement d’octobre à fin décembre. Les plus hâtifs commencent même dès septembre tandis que pour les plus tardifs la floraison s’étire jusqu’en mai.

Comme les autres Camellia, la précocité de floraison des Camellia sasanqua dépend de facteurs climatiques – en particulier la température et la pluviométrie – qui agissent bien avant l’époque présumée de la floraison, c’est-à-dire à partir de la fin de la floraison précédente.



Photo Vavou: Camellia sasanqua 'Yomashi'

Si la température et la pluviométrie sont favorables en mai et juin, les nouvelles pousses seront vigoureuses et la formation de boutons floraux sera précoce et plus ou moins abondante. Un temps chaud et sec en juillet diminuera la production de boutons floraux, mais ces boutons seront plus gros et annonciateurs de fleurs de plus grande dimension. Par contre un temps frais et humide en juillet (tant pis pour les vacances…) provoquera l’apparition d’un nombre très élevé de boutons qui seront forcément plus petits. Des gelées très tardives peuvent aussi retarder l’apparition des boutons floraux et donc de la floraison l’année suivante.

Camellia sasanqua 'Rainbow' 13580Camellia sasanqua 'Rainbow'-photo Vavou

La situation des Camellia sasanqua au jardin est un autre facteur important pour déterminer la période de floraison. Un Camellia sasanqua planté sur un versant nord sera plus tardif que celui qui jouit d’une exposition ensoleillée. Il peut exister une différence de trois à quatre semaines entre les dates de premières floraisons d’un même cultivar placé dans différents endroits  du jardin. Il est donc difficile de préciser avec une grande certitude une date de floraison. Tout au plus peut-on prédire que la floraison interviendra dans une période qui peut varier de quelques semaines selon les conditions de l’année, et en tout état de cause, souvent bien avant la floraison de la plupart des Camellia japonica. 


Une croissance rapide et des fleurs parfumées

Camellia sasanqua 'Elsin' 15231La croissance des Camellia sasanqua est aussi plus rapide que cellesdes Camellia japonica ; ils atteignent 2 à 4 m et possèdent un port souple buissonnant. Les feuilles vernissées vert sombre, parfois panachées, légèrement dentées sont aussi plus fines. Ils résistent aux gelées puisque la résistance des Camellia sasanqua va jusqu’à des températures de l’ordre de - 10°C. La floraison est abondante même si chaque fleur vit peu de temps. Les corolles sont petites à moyennes (4 à 7 cm), simples ou semi-doubles. Elles sont généralement plus petites que les fleurs de Camellia japonica. En revanche, les fleurs de Camellia sasanqua dégagent un parfum délicat très rare chez les autres espèces de camélias.

Camellia sasanqua 'Elsin' (photo Vavou)

 

Camellia sasanqua 'Narumi-gata' 15234

Le Camellia sasanqua tolère aussi mieux la chaleur et l’ensoleillement que les autres camélias. Si 250 variétés de Camellia sasanqua sont recensées au Japon, on trouve en France assez facilement une dizaine de variétés. Le cultivar à fleurs rouge brillant comme ‘Yuletide’ est adapté pour une culture en pot du fait de son port compact. Les cultivars aux pétales blancs ourlés de rose comme ‘Fukusutsumi’, ‘Narumi Gaïta’ (photo ci-dessous) évoquent la fleur simple de l’églantier tandis que ‘Gay Sue’ s’inspire plutôt du Gardenia avec ses pétales doubles blanc pur. Le cultivar 'Hyriu' a des fleurs d’un rose très vif.



Plantation

Moins exigeant que les autres camélias, un sol légèrement acide argilo-siliceux ou un terreau forestier lui conviennent (pH 6). Pour une culture en pot, réalisez un mélange de terre de bruyère, de tourbe et de terreau de feuilles en veillant au bon drainage du substrat.

Préférez une exposition ensoleillée ou mi-ombragée et abritée des vents. Creusez un trou 3 à 4 fois plus large que la motte et remplissez le fond d’un compost bien mûr. N’enterrez pas trop la motte.


Entretien

Maintenez un sol frais l’été et protégé du gel en installant un paillis de 20 cm de feuilles mortes au pied (aiguilles ou fougères sèches). Ne laissez pas la neige sur les rameaux pour éviter de griller les boutons et couvrez d’un voile d’hivernage si nécessaire.

Il est inutile de le tailler mais si vous souhaitez donner une forme arrondie ou trapézoïdale au camélia, réalisez l’opération juste après la floraison.

 

Le conseil du paysagisteCamellia sasanqua 13605b

  Le camellia sasanqua forme un très bel arbuste en isolé ou planté au détour d’une allée. Il s’intègre très bien à un massif de plantes de terre de bruyère. Au Japon, il est fréquemment utilisé en haie. Pour l’accompagner dans sa floraison, choisissez un Hamamelis aux fleurs parfumées jaune d’or ou grenat ou un érable au beau feuillage d’automne. Colchiques, cyclamens de Naples mettent en valeur les cultivars hâtifs ; au cœur de l’hiver, choisissez le perce-neige, l’Eranthis hyemalis et les crocus.

Publié dans Arbustes

Commenter cet article

Marie-Claude 25/01/2012 07:59

La résistance à la gelée est limite car -10° cela arrive en Picardie, cette année a été pour l'instant... exceptionnellement douce mais il reste février...
J'ai le camellia sasanqua Yuletide depuis quelques années (5 ou 6 ans) et il est toujours aussi petit, n'aimerait-il pas ma terre ? Mon mari avait pourtant fait une fosse de terre de bruyère,
terreau, compost !
MC