Les jardins Albert Kahn, jardins du monde

Publié le

Réputé pour son jardin japonais, les jardins Albert Kahn à Boulogne-Billancourt (92) ne se résument pas à cela car la propriété est constituée de 6 autres jardins thématiques particulièrement intéressants à visiter au printemps et à l'automne. C'est donc à une petite présentation rapide que je vous invite de la vie d'Albert Kahn puis de ses jardins.

 

Boulogne-Billancourt (92) Jardin Albert Kahn 24877 redimens

 

Le jardin japonais (photo Vavou)


 

1- Albert Kahn, banquier et mécène

 

Albert KahnAlbert Kahn est né le 3 mars 1860 à Marmoutier, dans le Bas-Rhin. A l’âge de seize ans, il s’installe à Paris. Employé de banque, Kahn se distingue par ses conseils avisés. En quelques années de 1889 à 1893, il bâtit une fortune en spéculant sur les mines d’or et de diamants d’Afrique du Sud. En 1898, il crée sa propre banque d’affaires, la « banque Kahn ». Son aptitude à détecter les hausses de valeur des titres est exceptionnelle. Son patrimoine augmente considérablement et le financier jouit d’une excellente réputation en France et à l’étranger. Entre 1898 et 1931, il devient aussi un mécène et consacre sa vie et sa fortune à l’établissement de la paix universelle. Il crée de nombreuses institutions destinées à favoriser la compréhension entre les peuples et la coopération internationale : ses « bourses Autour du Monde » offrent à de futurs enseignants l’opportunité de voyager et de découvrir les réalités du monde. Les « Archives de la Planète » qu’il constitue ainsi, recensent les aspects de la vie dans les cultures humaines.

 

2- Les Jardins d’Albert-Kahn


En 1893, Albert Kahn s’installe à Boulogne-sur-Seine où il acquiert un hôtel particulier. En 1910, après avoir réuni 23 parcelles autour de sa maison, il crée un jardin de près de 4 hectares.

Fidèle à son intérêt pour la diversité des cultures, Kahn choisit un genre de jardin particulier au XIXe siècle : le jardin dit « de scènes ». L’ensemble paysager se compose d’un jardin français complété par une roseraie et un verger, d’un jardin anglais, d’un marais suivi d’une prairie, d’une forêt bleue et d’une forêt dorée, d’un jardin japonais, et d’une forêt vosgienne.

 

Boulogne-Billancourt (92) Jardin Albert Kahn 24983 redimen

Inspirés par les principes de dialogue et de communication, constitués de modèles horticoles de différents pays, les jardins Kahn contribuent à son œuvre au même titre que ses diverses fondations. Aujourd’hui, le visiteur peut admirer le jardin tel qu’il se présentait au début du XXe siècle, à l’exception de quelques bâtiments disparus.

 

3- Un jardin « mappemonde »


Des essences originaires d’Europe, d’Amérique, d’Afrique, d’Océanie et d’Asie sont réunies sur les 7 types de jardins qui composent le site. Le visiteur voyage lui aussi autour du monde…

 

a- Le jardin français et le verger-roseraie

 

Pour la création du jardin français, Albert Kahn fait appel à l’un des plus prestigieux paysagistes de son temps : Achille Duchêne. Au centre du site se dresse le palmarium, élégante serre vitrée surmontée d’une coupole aux formes arrondies, où s’épanouissent des plantes exotiques. En été, le verger se transforme en roseraie. Les rosiers grimpants s’entrelacent autour des troncs et des branches des arbres fruitiers.


Le Palmarium et les Pergolas de rosier (photo Vavou ci-dessous)


Boulogne-Billancourt (92) Jardin Albert Kahn 24901 redimen

Pergola 24919 redimensionner

  

b- Le jardin anglais


La composition paysagère est ici entièrement guidée par la recherche de la nature : arbustes et arbres non taillés, gazon vallonné, bulbes fleurissant au printemps. Une rivière s’écoule dans un bassin surmonté d’une rocaille qui évoque une falaise. Un petit cottage souligne le caractère pittoresque de la scène. Au printemps, la prairie et les bords de la rivière s’ornent d’une myriade de bulbes printaniers, narcisses et fritillaires notamment (photo Vavou ci-dessous).

Boulogne-Billancourt (92) Jardin Albert Kahn 24907 redimen


c- La forêt vosgienne


Picea abies 24924 redimensionnerLa forêt vosgienne est une évocation des paysages montagneux de l’enfance d’Albert Kahn. Sur les 3 000 m2 de ce jardin, les versants de la forêt vosgienne sont représentés : le versant lorrain caractérisé par la présence d’épicéas et de hêtres plantés sur un éboulis de granit (photo Vavou ci-contre). Le versant alsacien, reconstitué après la tempête de 1999, est caractérisé par des pins et des chênes se dressant dans un décor minéral composé de grès rose.

 


d- La forêt dorée et la prairie


Cette partie du jardin doit son nom aux bouleaux pleureurs qui prennent en automne une teinte jaune et or très lumineuse. La prairie, où la priorité est donnée aux couleurs et aux formes végétales, marque la recherche d’une nature libre en contraste avec les parterres réguliers du jardin français. Des plantes vivaces ou annuelles se mêlent à des herbes hautes.

 

e- La forêt bleue et le marais


Cette forêt réunit des arbres d’Afrique et d’Amérique : cèdres de l’Atlas et épicéas du Colorado. À travers leurs branches hérissées d’épines bleues, on distingue peu à peu le marais. Il s’agit de deux petites mares artificielles autour desquelles poussent de nombreuses plantes aquatiques comme les iris d’eau et les nénuphars (photo Vavou ci-dessous).

 

Nymphaea 'Attraction' redimensionner

 

f- Le village japonais


C’est sans doute la plus belle partie du jardin Albert Kahn et la plus Malus floribunda blanc 24886 redimensionnerpittoresque. Un village composé d’un pavillon de thé (construction dédiée à la cérémonie rituelle du thé) et de deux maisons traditionnelles transporte le promeneur dans cette partie de l’Asie chère à Albert Kahn.

 

 

Les roches et les végétaux se répartissent harmonieusement pour reconstituer un paysage japonais. On y trouve de très beaux magnolias, les traditionnels cerisiers du Japon, des pommiers d’ornements (Malus floribunda) et des spirées (japonaises.. bien sûr) (photo Vavou ci-contre). Les lanternes japonaises, les haies de bambous, les conifères taillés en nuages, le pont avec sa balustrade rouge, tous les éléments du jardin japonais traditionnels sont ici réunis.

 

Boulogne-Billancourt (92) Jardin Albert Kahn 24883 redimen Malus floribunda rose 24938 redimensionner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

g- Le jardin japonais contemporain


 Boulogne-Billancourt (92) Jardin Albert Kahn 24954 redimens

En 1989, le département des Hauts-de-Seine a souhaité rendre hommage à la vie et à l’œuvre d’Albert Kahn par la création d’une œuvre paysagère contemporaine. Ce jardin japonais, créé par le paysagiste Fumiaki Takano, est une métaphore de la vie de Kahn conçue autour de trois axes essentiels: la vie (yang), la mort (yin) et l’axe féminin-masculin. Ce jardin très minéral comporte une belle collection d’azalée taillé en topiaire (photo Vavou ci-dessous)

 


 

Et plus de renseignements :


Sur le site du jardin : http://www.albert-kahn.fr/ , 10-14, rue du Port 92100 Boulogne-Billancourt

   

Et comme c’est de saison, vous pouvez aussi consulter mes articles sur les rhododendrons et les magnolias  ainsi que sur d’autres jardins que je vous ai déjà présentés : le  conservatoire botanique de Brest et le Val Rhameh à Menton.

Commenter cet article

YVELINE 07/01/2012 21:41

du rêve à Boulogne Billancourt
tant mieux

Marie-Claude 04/05/2011 06:16


C'est une visite qui s'impose !
MC


Marie-Noëlle 03/05/2011 15:31


C'est triste d'avoir habité durant plus de 20 ans à Paris et n'avoir jamais visité ce jardin. Pourtant je savais qu'il existait.
C'est surtout la partie japonaise qui m'aurait attirée, l'ancienne comme la moderne même si je n'arrive pas à tailler un seul arbuste en topiaire et encore bien moins des azalées. Je ne sais
pourquoi, j'ai mal pour eux !!
C'est pourtant chose courante au Japon et j'avoue prendre du plaisir à contempler le résultat. Ces touffes moutonnantes et multicolores sont ravissantes ... chez les autres.
Je serais curieuse de savoir si vous-même avez succombé à la tentation d'en faire autant dans votre jardin ??
Amitiés


30/05/2011 14:23



Je vous avouerai que j'ai aussi du mal à prendre le sécateur. Mon jardin est plutôt de style naturel où chaque plante pousse à sa guise (sauf quand il y en a trop !). Il est vrai qu'il se
compose essentiellement de vivaces avec quelques arbustes que je choisis pour leur forme naturelle, compacte, pleureuse, érigée, etc. si bien que j'interviens rarement sur leur silhouette.
J'insère aussi quelques végétaux à la silhouette très graphique comme la cordyline, les Eremurus ou le Beschorneria, des palmiers et surtout, je crée des séparations de formes géométriques
(murets rectilignes ou ronds), des terrasses,  qui mettent un peu d'ordre dans tout ça !


J'ai malgré tout quelques bonsaïs dont mon fils prend plaisir à entretenir la forme.


Amicalement


Vavou



Sylvaine 30/04/2011 21:51


J'habite non loin, à Sèvres, et j'y suis souvent allée mais à chaque fois, c'est le même emerveillement.