Les rhododendrons, feu d’artifices printanier

Publié le par Vavou

 

 

Rhododendron rouge, Trévarez (29) 30969 redimensionnerLes rhododendrons constituent souvent la trame des jardins de terre de bruyère du fait de leurs multiples qualités : une succession continue de floraisons printanières aussi belles que variées, des arbustes de toutes dimensions, persistants ou caducs. Tous ces arbustes ont l’avantage de ne réclamer aucun soins de taille ou de traitement du moment que le sol leur convient. Et pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un terrain acide, la plantation dans un pot est toujours possible.

 

Un des genres les plus éblouissants du règne végétal

 

Rhododendron signifie l'« arbre aux roses ». Grand nombre de ces arbustes viennent d’Asie (Sud de la Chine, Himalaya et Sud-est asiatique) mais aussi des régions montagneuses d’Europe (Caucase, Alpes, Pyrénées). Deux ou trois espèces sont originaires d’Amérique du Nord. Les rhododendrons forment un des genres les plus éblouissants du règne végétal avec plus de 1000 espèces. Les hybridations ont donné naissance à plus de 8000 cultivars qui allient l’éclat des coloris des uns et la robustesse des autres.

Ils poussent très bien sous un climat tempéré humide, la plupart résistent à des températures de l’ordre de – 20°C à – 25°C. Les R. yakushimanum supportent jusqu’à  -30°C !

Il est très difficile d’évoquer les différentes variétés de rhododendrons tant elles sont multiples et variées. On commencera par distinguer les arbustes à grandes feuilles coriaces persistantes appelés communément rhododendrons, de ceux à petites feuilles velues que sont les azalées.

 

Les rhododendrons vrais


Rhododendron 'Germania', Saint-Jean d'Illac (33) 37937 redi

Rhododendron 'Germania' (Photo Vavou ci dessus)

 

On peut classer les « vrais » rhododendrons en quatre groupes :

-les grands dépassent plus de 2,40 m, tels R. ponticum, R. macabeanum,

-les petits restent entre entre 50 cm et 1,20 m comme R. ‘Germania’ ou R. ‘Madame Masson’

-les hybrides de williamsianum présentent un joli feuillage fin et lustré, en forme de cœur ;

-Les jeunes pousses ont un revêtement laineux argenté chez la plupart des R. yakushimanum et sont rouges chez R. Loderi ‘King George’ .

 

Le feuillage est panaché de crème chez ‘President Roosevelt’(fleurs rouge profond).

 Rhododendron 'President Roosevelt', Saint-Jean d'Illac (33)

 

R. 'Président Roosevelt' au feuillage panaché (Photo Vavou)


Les azalées


Les botanistes ont décidé d’inclure les azalées dans le genre Rhododendron mais elles restent facilement identifiables par leur feuillage velu et fin et leur nombre d’étamines limité à 5. Leur vigueur est moins importante même si certaines d’entre-elles mesurent jusqu’à 3 m.

 

Les azalées persistantes

 

Rhododendron azalée mollis mauve, Brest (29) ConservatoireGroupes d'azalées au conservatoire Botanique de Brest (Photo Vavou)


Les azalées  japonaises sont dites persistantes mais ne le sont que partiellement car le feuillage naissant au printemps, tombe à l’automne. Une seconde poussée estivale ou automnale de feuilles plus coriaces le supplante. Ces dernières persistent tout au long de l’hiver prenant souvent des teintes rougeâtres avec le froid.

 

Ces arbustes ont un port compact, plutôt étalé et conviennent parfaitement aux petits jardins ainsi qu’aux plantations sur balcon ou pour former des bonsaïs. C’est dans cette catégorie que l’on trouve le plus de nuances de rose. Leur période de floraison est aussi étalée que celles des rhododendrons. Leur rusticité est variable selon l’origine des croisements, les azalées Kaempferi étant les plus résistantes (- 20°C) même si elles perdent leurs feuilles lorsqu’elles sont soumises à de fortes gelées.

 

Les azalées caduques

Un deuxième type d’azalées obtenu par différents sélectionneurs, est totalement caduc, il s’agit des azalées mollis, pontiques (ou de Gand), de Knap Hill et d’Exbury.

Les azalées de Gand sont en général plus vigoureuses et très rustiques, elles éclosent tardivement (fin mai-début juin) en petites fleurs délicatement parfumées. ‘Coccinea Speciosa’ est une des plus anciennes variétés, aux fleurs légèrement parfumées et colorées de rose orangé. Les hybrides à fleurs jaunes comme ‘Narcissiflora’ ou ‘Nancy Waterer’, à grandes fleurs plus vives, sont appréciés pour leur parfum de chèvrefeuille. Seul inconvénient, leurs branches tortueuses, dénudées l’hiver, manquent un peu d’esthétisme.

 

Azalée mollis 'Glowing Ember' sur le bassin d'Arcachon (Photo Vavou)

Rhododendron 'Glowing Ember' 6975 redimensionner

Les azalées mollis ont des fleurs toujours simples, de grande taille et dans les tons cuivrés, jaune ou rouge. Elles fleurissent avant les feuilles dès la fin avril mais n’ont pas de parfum. Le feuillage automnal décline de belles teintes rouge orangé comme chez ‘Glowing Amber’.

 

 

Les azalées Kurume sont originaires de la ville du même nom au Sud du Japon sur l’ile de Kyushu. Ce sont des arbustes denses et compacts qui s’ornent de très nombreuses petites fleurs au début du printemps. Elles supportent une taille modérée sachant que des cultivars comme ‘Hinomayo’ peuvent atteindre 1,80 m.

 

Comment les cultiver ?Rhododendron blanc, Quimper (29) Parc de Boutiguery sur l'O


Quand un rhododendron se plait, il peut atteindre plus de 5 m comme ici dans les environs de Quimper (29) (Photo Vavou)


Choisissez le bon endroit

La principale exigence des rhododendrons est de grandir dans une terre acide (pH autour de 5,5), légère, et suffisamment fraîche l’été. Lorsque leurs feuilles se décomposent, l’humus qui en résulte a un pH voisin de 4. Il existe toutefois des solutions évoquées plus bas si votre sol est calcaire. Un paillage à base de fougères desséchées, d’aiguilles de pins ou d’écorce de pin broyée est très apprécié.

En climat frais, la plantation peut se faire en plein soleil, sinon préférez une exposition plus ombragée au nord ou à l’est ou bien sous un arbre. Sensibles au dessèchement par le vent, pensez à planter des brise-vent lorsque la configuration de votre jardin le permet.

Les azalées caduques supportent mieux la chaleur estivale et se contentent d’un sol neutre.

 

Association de deux azalées, blanches et mauves

à Bordeaux (Photo Vavou)


Soignez la plantationRhododendron violet et blanc 17777 redimensionner

Les rhododendrons sont de reprise facile. Ils acceptent d’être plantés en toute saison. Leurs racines étant superficielles, il suffit de creuser un trou de 40 à 50 cm de profondeur sur 1 m de large. Si nécessaire, allégez votre sol en apportant du sable grossier non calcaire, de la tourbe en grosse quantité, mêlée à du terreau de feuilles (chêne, hêtre ou d’aiguilles de pin triturées) si votre terre est claire.

Faites tremper la motte dans une bassine d’eau de façon à bien l’humecter. Cassez-la en écartant les racines du fond de façon à les inciter à coloniser la fosse. Placez la motte dans le trou en respectant sa position dans le pot. Tassez fortement puis arrosez 2 à 3 fois par semaine pendant les 15 premiers jours.

Maintenez la fraîcheur du sol pendant la floraison et continuez à bien arroser après celle-ci (20à 30 l, deux fois par semaine) pour encourager la croissance des tiges. Stopper l’arrosage à la mi-août afin de stimuler la formation des boutons.

 

Planter un rhododendron en sol calcaire

Deux solutions peuvent s’envisager :

- Cultiver vos rhododendrons en bac, ce qui parfaitement toléré par les R. yakushimanum et les azalées. L’arrosage à l’eau de pluie sera toutefois nécessaire. Choisissez des bacs de 30 cm de côté au départ que vous remplacerez par des bacs de 40 cm au bout de 5-6 ans.

- Creuser une fosse mesurant 1 m en tout sens que vous isolez avec un feutre de drainage horticole. (Evitez le plastique noir qui empêche l’eau de s’évacuer). Garnissez le fond de la fosse d’une bonne épaisseur de gravillons et finissez de la remplir avec de la terre de bruyère ou de la tourbe blonde. Si votre sol est très calcaire, il est préférable de planter sur un parterre surélevé, à 1 m de hauteur, que vous constituez avec de la bonne terre de bruyère. Isolez aussi la base du parterre avec le feutre car les arbustes voisins risqueraient de le coloniser.

 

Fertilisation et taille

Pour nourrir l’arbuste, épandez 10 cm de terreau de feuilles au printemps que vous incorporerez à l’automne par un léger griffage. Evitez d’épandre de la tourbe en surface car elle met du temps à se réhydrater.

A défaut de pratiquer le paillage qui suffit à nourrir la plante, épandez un engrais complet pour « plantes de terre de bruyère », si la couleur des feuilles ternit. Respectez des doses de 75 à 125 g/m² que vous épandez sous tout le feuillage.

 

Rhododendron 'Hinomayo' 17192 redimensionner
 

 

Azalée 'Hinomayo' type Kurumé à Nantes (44) (Photo Vavou)

 

La taille n’est pas nécessaire mais si vos arbustes ont tendance à se dégarnir de la base avec l’âge, vous pouvez raccourcir les rameaux juste au-dessus d’une couronne de feuilles. Procédez à cette opération juste après la floraison lorsque les jeunes pousses sont visibles. Plus l’arbuste est vigoureux, moins la taille doit être importante. Pensez à nourrir la plante au moment de la taille en épandant du compost ou de la terre de bruyère au pied et à bien arroser. Vous stopperez ensuite l’arrosage jusqu’à ce que de nouvelles pousses apparaissent.

Certains rhododendrons ne supportent pas la taille. Il est utile de vous renseigner auprès d’un spécialiste si vous devez le faire. Pour ne pas épuiser la plante, coupez les fleurs fanées.

 

Comment les associer ?

Trévarez (29) 30961 redimensionner

Un jardin de terre de bruyère ne saurait se composer uniquement de rhododendrons et d’azalées. Les végétaux qui accompagnent le mieux ces arbustes sont ceux que l’on retrouve dans les jardins japonais : érables de Japon, cerisiers à fleurs et bien sûr les hortensias qui poursuivent le spectacle de la floraison durant l’été et l’automne.

 

Association de rhododendron et érable du Japon à Trévarez (29) (Photo Vavou)

 

 

 

Selon le climat, réservez des emplacements suffisamment ensoleillés pour ces derniers qui fleurissent moins sous une ombre trop dense. Mais bien d’autres arbustes de terre de bruyère sont en vogue comme les Pieris, aux jeunes pousses colorées de rouge, les Enkianthus campanulatus aux jolies clochettes rosées, les spectaculaires cornouillers (Cornus kousa, florida, controversa), les viornes de Chine (Viburnum plicatum)...

 

Rhododendron macabeanum et Pieris japonica au Conservatoire botanique de Brest (29). (Photo Vavou).

Rhododendron macabeanum 17363 redimensionner 

Pour en savoir plus :

http://www.pepinieresdekerfandol.com/plantes-kerfandol.php

http://www.rhododendron.fr/album/albumfr.htm

http://www.stervinou.fr/Default.aspx?p=Famille&n1=125&n2=3

 

Publié dans Arbustes

Commenter cet article