Maladies des arbres fruitiers : traiter champignons et bactéries

Publié le par Vavou

Traitement pulvérisateur, oidium sur vigne, Audenge (33) L

Rares sont les jardins exempts de tout ennui de santé. Comme tous les maux, il faut les prendre à temps pour minimiser leur nocivité. Grâce à une identification précoce de la maladie, des mesures légères permettent de s’en défaire rapidement ou de rendre acceptable la contamination. Voici les principales maladies dues à des champignons, des virus ou des bactéries que vous pouvez observer au potager et au verger et les moyens de s’en prémunir.

1 - Taches, moisissures, flétrissements, marbrures…

Les symptômes des maladies fongiques sont souvent l’œuvre d’organismes microscopiques qui envahissent les cellules des végétaux : champignons (cas des maladies cryptogamiques), bactéries ou virus. Ceux-ci ont adapté leur mode de prolifération de manière à subsister pendant l’hiver dans les tissus morts, dans le sol ou chez une autre plante hôte. Leur éradication demande une observation attentive des jeunes feuilles, fleurs ou fruits, un traitement préventif dès le réveil de la végétation et parfois l’arrêt total de la culture pendant plusieurs années. C’est le cas de la hernie du chou qui subsiste plus de 40 ans dans le sol !

Les champignons prolifèrent souvent par temps humide et chaud hormis l’oïdium qui préfère une atmosphère sèche. Les bactéries contaminent les tissus en profitant de blessures induites par la taille ou par des ravageurs. Les virus sont transmis d’une plante à l’autre par les piqûres d’insectes (pucerons, thrips...).

2 - La rouille

Rouille sur Alcea rosea 8640 redimensionnerC’est un champignon facilement reconnaissable lorsqu’il libère ses spores au dos des feuilles. Ces dernières apparaissent sous la forme d’une fine poussière couleur rouille (photo Vavou ci-contre) . Mais il est souvent trop tard pour prévenir la maladie lorsque les spores sont lâchées. Dans la phase qui précède, le dessus des feuilles comporte des taches rouge orangé, parsemées de petites pustules noirâtres. La feuille s'est compartimentée pour isoler le parasite (taches foliaires bien délimitées), il va donc falloir l'aider à reprendre sa croissance.

Cette maladie est fréquente chez beaucoup de végétaux entre mai et septembre : rosiers, roses trémières, pruniers, poiriers, poireaux…

Traitez avec un fongicide (décoction de prêle ou d'ail, purin d'ortie, soufre utilisables en culture biologique)  ou avec les matières actives autorisées au jardin (fenbuconazole, triconazole) dès l’apparition des taches sur la face supérieure des feuilles.

Éliminez les déchets végétaux car les spores survivent dans les feuilles mortes mais aussi à la surface du sol.

Évitez de mouiller le feuillage en arrosant.

• Sur les arbres, traitez au cuivre juste avant la chute des feuilles et avant l’éclosion des bourgeons.

• Choisissez des variétés résistantes à la rouille.

3 – La moniliose

pourriture Malus
Moniliose sur pomme (Photo Vavou)

La moniliose est provoquée par un champignon capable d’infecter presque tous les organes d’un arbre : les jeunes pousses, les fleurs, les fruits et les rameaux sous-jacents. Cette affection est souvent associée à la pourriture brune et aux attaques de pucerons ce qui finit par nuire fortement à la récolte des fruits et à la santé de l’arbre. Pratiquement tous les fruitiers de la famille des Rosacées sont victimes de la moniliose : pommiers, pruniers, abricotiers, poiriers, cerisiers, nectarines, pêchers, cognassiers

En hiver, le champignon (Monilia fructigena ou Molinia laxa) se repère par la présence de chancres sur les branches : des rameaux sont desséchés et des lésions à rides longitudinales marquent les branches plus grosses. Des fruits momifiés pendent encore aux rameaux.

Un second champignon Sclerotinia fructigena ou laxa se greffe sur les fruits, reconnaissable à ses anneaux concentriques de duvet blanc associés à une pourriture brune de la chair. Le fruit finit par noircir, se déshydrate et reste attaché à l’arbre comme une momie durant tout l’hiver ! La pourriture brune peut apparaître bien après la récolte des fruits et nuire à la conservation de tout le stock.

La contamination se fait dès janvier à partir des chancres ou des fruits momifiés restés sur l’arbre. Le champignon fructifie en janvier en petits coussinets gris qui libèrent des spores. Transportées par le vent ou les insectes, ces spores infectent les fleurs en mars-avril et les jeunes pousses feuillées qui flétrissent 2 semaines après la floraison. Les jeunes fruits sont à leur tour infectés en mai.

Un chancre vient à se développer sur les rameaux dont les fleurs ont flétri ou qui portent des fruits momifiés. Il abritera les formes hivernantes du champignon et le cycle pourra se poursuivre !

Profitez de la taille d’hiver pour éliminer les chancres et les rameaux blessés ou flétris. Eliminez les branches porteuses de fruits momifiés. Pensez à bien désinfecter le sécateur à l’alcool ou à l’eau de javel le plus souvent possible ;

• Supprimez soigneusement tous les fruits momifiés qui pendent encore aux branches ainsi que ceux tombés au sol. Il est fortement déconseillé de mettre ces déchets au compost, brûlez-les. Pensez aussi à prélever tous les fruits qui brunissent en cours de conservation ;

• Effectuez un traitement fongicide à base de cuivre (bouillie bordelaise, oxychlorure de cuivre) avant le départ de la végétation sur toute la ramure ;

• A la chute des pétales des fleurs, renouvelez le traitement fongicide.

• Surveillez ensuite l’apparition de la pourriture sur les fruits en formation car un simple contact peut contaminer les fruits sains

4 - L’oïdium

Oïdium sur feuilles de vigne (photo Vavou)
Oïdium sur feuilles de courgettes (photo Vavou)

Presque tous les végétaux sont sensibles à l’oïdium qui se manifeste par un feutrage blanchâtre sur les feuilles. Les rosiers exposés contre un mur sud sont plus souvent atteints car le champignon affectionne les conditions chaudes et sèches la journée et froides la nuit. Chez la vigne, il provoque en outre, le brunissement puis l’éclatement des grains de raisin.

Arrosez correctement le pied des végétaux et paillez le sol pour maintenir l’humidité. Coupez les parties atteintes en hiver et au printemps car le champignon hiverne dans les bourgeons ce qui provoque un débourrement tardif. Traitez au soufre ou à la triforine.

  • Chez la vigne, faites 3 applications de soufre, lorsque les pousses ont 2 ou 3 feuilles développées, au moment de la floraison et juste avant que les grains de raisin ne se colorent.

5 - Les chancres

gomme Prunus cerasus
Chancre sur tronc de cerisier (photo Vavou)

Cette affection se manifeste chez les arbres fruitiers à noyaux (cerisiers et pruniers) par un décollement de l’écorce, associé à un suintement de gomme. Les bourgeons ont souvent du mal à éclore, des pousses se dessèchent, les feuilles sont perforées suite à l’envahissement des tissus par des bactéries. Le chancre européen sur pommier et poirier est l’œuvre, quant à lui, d’un champignon. Le parasite pénètre dans les tissus en automne et en hiver, à l’occasion de blessures, de coupes ou simplement de la chute des feuilles.

L’écoulement de gomme est une réaction de défense face à une attaque parasitaire mais elle n’est pas suffisante pour combattre la maladie. Les cerisiers doux comme ‘Van’, ‘Reverchon’ ou ‘Napoléon’ sont particulièrement sensibles au chancre bactérien.

• Pulvérisez trois fois un produit à base de cuivre avant, pendant et après la chute des feuilles et un quatrième avant le départ de la végétation.

Éliminez toutes les branches déprimées, noircies, avec un sécateur désinfecté régulièrement à l’alcool.

  6 - Le mildiou

 
Mildiou sur tomate

Ce champignon infecte notamment la pomme de terre et la tomate mais d’autres formes de mildiou s’attaquent aux oignons, à la laitue, à la vigne...  

Mildiou sur pomme de terre (photo Vavou)

Par temps chaud et humide, des taches noires apparaissent sur les extrémités et les bords des feuilles ainsi que sur les tiges, accompagnées d’une moisissure blanche sur le revers. Cela conduit à l’affaissement de la plante entière. Chez la pomme de terre, les spores, tombées au sol contaminent également les tubercules qui présentent des zones noirâtres, déprimées devenant sèches à la longue qui finissent par pourrir.

La contamination du mildiou se fait à partir de tubercules laissés en terre d’une année sur l’autre ou de plantes qui poussent à proximité. Des spores survivent également dans le sol pendant l’hiver.

Évitez de cultiver les variétés sensibles comme ‘Bintje’ et ‘Sirtema’. Buttez les pieds ou posez un paillage afin d’isoler les parties souterraines et aériennes de la plante. Traitez avec un fongicide (bouillie bordelaise, extrait de prêles…) dès que le feuillage sort de terre. La tomate offre des symptômes similaires sur les feuillages mais un peu moins spectaculaires. Les fruits verts et les tiges brunissent puis deviennent secs et coriaces.

Espacez suffisamment les plants pour assurer une bonne ventilation autour des feuilles.

• Traitez avec un fongicide. 

• Optez pour des variétés résistantes comme F1 ‘Maestria’ou F1 ‘Fandango’.

7 - La cloque du pêcher

cloque Prunus persica
Symptômes de la cloque, en mai, sur pêcher (photo Vavou)

Très fréquent chez le nectarinier et le pêcher, ce champignon se manifeste notamment après un printemps frais et pluvieux. Dès le mois de mars, les feuilles s’épaississent, prennent un aspect cloqué, s’enroulent puis virent au rouge orangé en juin en se couvrant d’un feutrage blanc. Elles finissent par tomber prématurément provoquant l’affaiblissement de l’arbre.

  • Le champignon hiverne sous les écailles des bourgeons, c’est pourquoi un traitement au cuivre (hydroxyde de cuivre) des rameaux, avant le gonflement des bourgeons au printemps et à la chute des feuilles à l’automne est important. Par la suite, le cuivre agissant par contact, il faut traiter toutes les 2 à 3 semaines selon la rapidité de croissance du végétal et les conditions climatiques.

8 – La tavelure

Tavelure sur fruit et feuille de pommier-@vavou

La tavelure se manifeste sur pommiers, poiriers, amandiers¸ pêchers et pruniers par des taches olivâtres qui s’étendent et deviennent liégeuses. Ces symptômes débutent sur les feuilles avant de d’apparaître sur les fleurs et les fruits. Si ces derniers ne sont pas tombés avant leur maturité, la peau présente des croûtes liégeuses, voire des crevasses noirâtres.

  •  Le traitement au cuivre s’effectue juste avant la chute des feuilles et un second avant le gonflement des bourgeons. La maladie est favorisée par un temps humide accompagné de températures clémentes. Par la suite traitez 1 ou 2 fois avec un fongicide (purin de prêle, captane, mancozèbe...) à 2 semaines d’intervalle si le temps est pluvieux.

 9- Autres articles de saison

Vous trouverez également sur mon site des articles de saison qui vous intéresseront peut-être et qui concernent :

·        Le potager et le verger

o   Arbres fruitiers pour climats froids : pommier, poiriers, pruniers, etc

o   Economiser l'eau et les arrosages

o   Tomates et basilic ou l’art d’associer les légumes

o   Vertus des légumes de saison (tomates, aubergines, courgettes, poivrons)

o   Les légumes perpétuels

o   Les semis de tomate

o   Le pincement et la taille des tomates, poivrons et melons

·        Les plantes d’ornement :

o   Roses et rosiers de charme, quelle classification et comment les utiliser ?

o   Fleurs et feuillage pourpre

o   Les agapanthes aux fleurs d’azur

·        Des idées de visites de jardins pour cet été

o   Les Tropiques au Conservatoire botanique de Brest

o   Le Val Rahmeh, un jardin d’acclimatation à Menton

o   Le jardin botanique de Montréal

o   Le jardin Albert Kahn à Boulogne-Billancourt

  

Outre cet article sur les maladies et traitements des arbres fruitiers, vous pouvez également consulter la page des travaux du mois (colonne à droite) ou vous abonner à la newsletter pour être averti de la publication de mes nouveaux articles de conseil pour le jardin (dans la même colonne).

 

 

Commenter cet article

Georges 07/05/2017 18:48

Bonjour. Conseils intéressants mais vous préconisez le cuivre sur les cerisiers alors que l'on dit que celui ci est phyto toxique pour cet arbre? Question j'ai un Montmorency, 8ans, sols argilo-calcaire, dans le haut Var. Aprés floraison intense, les fruits commencent à se former puis 2 semaines aprés les extrémités des rameaux avec les grappes de fruits se desséchent! Et alors adieu pour la moitié de la récolte. Qu'en pensez vous? Ultime étonnement sur vos recommandations; Traiter au Manzabe me parait contradictoire aux recommandations de réduction des phyto de synthèse. Merçi pour votre réponse et bravo pour le blog avec des photos représentatives. Cordialement

Vavou 19/06/2017 09:49

Bonjour, excusez-moi pour le délai de réponse.
Il peut s'agir de la moniliose qui lors de printemps humides, entraîne le dessèchement des fleurs voire du rameau entier, ainsi que les fruits (les cerises pourrissent et se collent avec une moisissure claire dessus). Elles chutent ou restent momifiées sur la branche.
Il faut couper rapidement tout ce qui est atteint, ôter tous les fruits momifiés et appliquer un fongicide (purin de prêle, oxychlorure de cuivre...) pour éviter une nouvelle contamination.
Effectivement, je compte remettre à jour mon article avec les nouveaux moyens de lutte biologique qui sortent de jour en jour.
Amicalement Vavou

Serge Séguin 21/03/2017 23:12

Bonjour
J'ai un problème avec mes deux cerisiers et je ne trouve pas de références pour le traiter. Il s'agit de champignons blancs qui apparaissent sur le tronc. Est-ce que mes arbres sont finis ? Ou puis-je faire quelques chose ?
Merci à l'avance de votre avis

Vavou 05/04/2017 10:19

bonjour,
pourriez-vous donner une description plus précise de ces champignons (taille, position sur le tronc, forme...)

paule 18/08/2016 20:01

Bonjour, je ne sais pas si mon pêché de vigne se meure... IL à eu la cloque, des pucerons vert puis blancs avec très peut de fruits. Il a perdu presque toutes ces feuilles séchées par le soleil. Et là toutes les branches sont noire et quelque fruits.... MERCI DE VOTRE REPONCE...

Vavou 19/08/2016 10:47

Le pêcher n'est pas un arbre qui vit très longtemps (15-20 ans), il semble très affaibli et victimes de multiples parasites. Si les branches sont noires c'est qu'elles ne vont pas tarder à mourir. Taillez quelques rameaux pour voir si des taches assombrissent le bois au niveau de la coupe, cela signifierait qu'un champignon s'est attaqué au bois empêchant la circulation de la sève. Si votre arbre n'est pas trop vieux vous pouvez essayer de rabattre tous les bois malades et voir s'il repousse en appliquant de la bouillie bordelaise à l'automne à la chute des feuilles puis au printemps quand il va débourrer. Tenez-moi au courant !

Clarice 22/09/2015 16:30

Merci d'avoir partagé ces informations des maladies des arbres fruitiers. J'ai des arbres fruitiers chez moi et je pense qu'une est malade. Cet article m'a beaucoup aidé ! Je ne savais pas qu'on pouvait traiter les chancres en éliminant toutes les branches noircies, avec un sécateur désinfecté régulièrement à l’alcool. Je devrais essayer cela. C'est une solution qui me semble très simple !

plomberie paris 13 30/01/2015 18:16

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Sylvaine 19/06/2012 19:46

Loïdium est chronique dans mon clos, ce sont les arbustes, fusain, mahonia, qui en sont atteint car leur dense feuillage persistant fait écran à la pluie et sol sec, air humide, des conditions
révées pour le champignon !
Nous avons traité durant des années, sans aucun résultat alors on ne fait plus rien !
La moniliose atteint les pommiers les étés humides, comme l'an dernier par exemple mais la Reinette des Canada y est très sendible alors que Reine des reinettes très peu.
Bonne soirée

virjaja 19/06/2012 09:37

ça commence cette année, avec cette humidité...bisous. cathy