Petits arbres à floraison printanière

Publié le par Vavou

Cornus kousa 'Satomi', Bordeaux (33) Jardin botanique de la
Cornus kousa ‘Satomi’ au Jardin botanique de la Bastide à Bordeaux (Photo Vavou)
 
 Le mois de mai correspond à une saison où les fleurs explosent à tous les niveaux de la végétation. Profitez-en pour composer des scènes où sont associés un arbre, des arbustes et des herbacées. Choisissez des arbres de petit développement aux jolies floraisons printanières qui laissent suffisamment de lumière aux autres végétaux. Voici notre sélection du mois.

1 - Le lilas à petites feuilles

16B-5-2007 Syringa microphylla 'Superba' 041b redimensionneSyringa microphylla‘Superba’
(Photo Vavou)

Syringa microphylla est un lilas qui ressemble beaucoup au lilas commun (Syringa vulgaris) mais il est de plus faible dimension et beaucoup moins envahissant. Il forme un arbuste ou un arbre sur tige ne dépassant pas 2 m de haut, parfaitement à l’aise dans un petit jardin ou sur un balcon. Sa floraison en grappes mauves et parfumées de 5 à 7 cm de long, intervient au mois de mai et souvent une seconde fois en septembre. Les rameaux souples ployant sous le poids des grappes, confèrent une silhouette légère et gracieuse à l’arbrisseau. Son nouvel atout réside dans la coloration jaune d’or de ses petites feuilles pointues, à l’automne.
Le lilas pousse dans tout terrain même calcaire et résiste bien aux pollutions des villes. Il s’associe à merveille avec les arbustes à floraison printanière comme le Weigela, le Kolkwitzia ou le pommier à fleurs reposant sur un tapis de narcisses à petites fleurs. Evitez la concurrence en réservant un espace de 1m autour de l’arbre. Pour renforcer l’attrait du feuillage à l’automne, plantez du carex à feuilles dorées ou du lysimaque (Lysimachia nummularia ‘Aurea’) qui poussent aussi bien en pot.
 

2 - L’aubépine

16C-5-2007 Crataegus x media 'Paul's Scarlet' 6146 redimensCrataegus x media'Paul's Scarlet' (Photos Vavou)
L’aubépine ou épine blanche est un arbre bien connu de nos campagnes parfois éradiqué pour sa sensibilité au feu bactérien. Les variétés commercialisées présentent une résistance renforcée à cette maladie mais leur vente est toutefois interdite dans certaines régions.
La profusion des bouquets de petites fleurs blanches ou roses embaument l’air depuis la fin mai jusqu’en juillet. Le spectacle se poursuit avec la formation des baies comestibles, rouge vif chez l’espèce Crataegus oxyacantha. Les aubépines sont plus ou moins épineuses comme l’indique leur nom vernaculaire, elles conviennent à la perfection pour former des haies défensives. En isolé, l’aubépine peut être conduite sur tige et former un bel arbre d’ombrage de 5 à 10 m de haut.

16D-5-2007 Crataegus x media 'Paul's Scarlet' 6149 redimensL’aubépine est indifférente au sol, supporte bien la sécheresse et n’est pas trop exigeante vis-à-vis de l’ensoleillement. Elle est aussi très rustique. Les cultivars comme ‘Paul ‘s Scarlet’ ou ‘Rubra Plena’ sont souvent greffées sur une espèce sauvage.
 

3 - L’arbre de Judée


16E-5-2007 Cercis siliquastrum 6289 redimensionnerCercis siliquastrum (Photo Vavou)

 

 

16F-5-2007 Cercis siliquastrum 7850 redimensionner










 
Gousses colorées du Cercis(Photo Vavou)

Bien que typique des paysages méditerranéens, l’arbre de Judée Cercis siliquastrum pousse jusqu’en région parisienne. Il est une des rares espèces à présenter le phénomène de cauliflorie. Les petites fleurs, caractéristiques de la famille des Papilionacées, naissent en bouquets serrés, directement sur les troncs et en soulignent le contour de façon étonnante. Les teintes sont plus ou moins intenses mais se rapprochent du rose cyclamen. Les feuilles rondes vert clair accompagnées des gousses rouge brun, apparaissent à la fin de la floraison et fournissent un ombre légère. L’arbre adulte mesure entre 5 et 10 m.
Choisissez un endroit abrité du jardin pour le planter. Il pousse en tout sol, de préférence calcaire et bien drainé. Il résiste bien à la sécheresse. Il n’aime pas être transplanté, choisissez des arbres élevés en conteneur pour faciliter la reprise. La taille est inutile.

4 - Le Melia azedarach

16G-5-2007 Melia azedarach 7295 redimensionner
 
16H-5-2007 Melia azedarach 7744 redimensionnerFloraison et restes de fruits de l’année passée (Photo Vavou)










Melia azedarach  (Photo Vavou)



Encore appelé margousier ou lilas des Indes (ne pas confondre avec le Lagerstroemia qui porte le même nom), le Melia est un petit arbre du sud de l’Himalaya, à croissance très rapide. On le trouve beaucoup en zone méditerranéenne et sur le littoral atlantique mais il parvient à pousser jusqu’en région parisienne. Il arbore un feuillage composé, légèrement denté qui disparaît l’hiver, cédant la place à des chapelets de fruits jaunâtres très décoratifs jusqu’au printemps suivant. La floraison qui a lieu en mai-juin se présente sous la forme de panicules de fleurs étoilées, blanches au cœur pourpre, agréablement parfumées. Les fruits sont toxiques pour l’homme mais appréciés par les oiseaux. Les graines très dures percées au milieu servent à la confection des chapelets tandis que les feuilles sont utilisées comme insecticide.
Plantez-le dans tout sol même pauvre et aride, surtout bien drainant et dans un endroit ensoleillé. Il résiste à -7°C mais repart facilement de la souche.

5 - Le Paulownia tomentosa

16I-5-2007-paulownia.jpgPaulownia tomentosa (Photo Vavou)


Le Paulownia tomentosa est une espèce chinoise, remarquable par la dimension de ses feuilles et sa floraison en épis violets. Son nom est dédié à la fille du tsar de Russie Paul 1er, la princesse Anna Paulowna. Il peut atteindre une taille honorable de 15 m, c’est pourquoi il est souvent planté dans les parcs mais vous pouvez aussi le rabattre les troncs chaque année au ras du sol. Vous obtiendrez alors des pousses de 3 m à feuilles énormes en forme de cœur qui forment un véritable mur de verdure. Malheureusement, ce procédé sacrifie la floraison. Cette dernière s’annonce avant la naissance des feuilles, vers le mois de mai et se présente sous forme d’épis dressés de 25 cm de long, en bout de branches. Les fleurs d’un beau violet clair sont parfumées. Les boutons formés à l’automne peuvent souffrir du gel.


Petite astuce
Pour distinguer le Paulownia, du Catalpa également pourvu de grandes feuilles, comptez le nombre de feuilles insérées sur un même nœud. Le Catalpa en a 3 comme le nombre de « a » dans son nom, au lieu de 2.

Cet arbre, indifférent à la pollution et très rustique (-25°C), apprécie un sol fertile, bien drainé et frais l’été. Plantez-le dans une zone abritée des vents et bénéficiant d’un bon ensoleillement. Des boutures faites en hiver puis coupées à ras vous donneront un buisson de 1 m de haut dès la première année.

6- Autres articles de saison

 

Pour les travaux du mois et la newsletter, voir la colonne à droite, sinon une petite sélection d'articles de saison dans le tableau ci-dessous

 

Plantes d’ornement

Arbres

Vivaces

 

Les rhododendrons

 

Cryptomeria japonica, cèdre sacré du Japon

 

Metasequoia, le sapin chinois

 

Palmiers

 

Roses et rosiers de charme

 

Les campanules

 

Fleurs et feuillage pourpre

 

Davidia, arbre aux mouchoirs

 

Primevères des jardins

Jardins d’ici et d’ailleurs

Techniques

Potager

 

Le jardin Albert Kahn

 

Plantes bio-indicatrices

 

Plantez vos tomates 

 

Val Rahmeh, Menton

 

Osier, le saule de vannerie

 

Tomates et basilic ou l’art d’associer les légumes

Divers

 

 

 

 

Dicksonia antarctica, une fougère arborescente

 

Ecorces et troncs décoratifs

 

Echinacées, nouvelle gamme

 

Verveines, élégance et profusion de fleurs d'été

 

 

 

 

Publié dans Arbres

Commenter cet article

virjaja 17/05/2013 09:14

je ne connaissais pas le mélia, merci de la découverte! bisous. cathy