Tomates et basilic ou l’art d’associer les légumes

Publié le

De plus en plus de jardiniers redécouvrent l’intérêt d’associer les légumes afin de réduire les populations de ravageurs. Il semblerait en effet que plus on favorise la diversité au sein d’un milieu, moins les attaques de prédateurs soient virulentes. Le mélange d’espèces apporterait aussi bien d’autres avantages : un gain de place, une meilleure exploration du sol par les racines, une facilité de récolte, le spectacle d’un potager coloré …

  Potager de Greignac 18879 redimensionner

Potager en carré au jardin de Greignac (87) ( Photo Vavou)

 

 

Vous remarquerez que je vous donne mes conseils au conditionnel. C’est parce que, du point de vue strictement scientifique, on ne sait guère comment cela fonctionne. On sait que les racines sécrètent des substances dans leur environnement proche, qui peuvent profiter ou nuire à leurs voisins. Certaines feuilles émettent des essences volatiles qui repoussent les parasites comme la tomate vis-à-vis de la piéride du chou. En revanche, on est sûr d’une chose : l’association de ces légumes ne fait pas de mal... je vous invite donc à essayer !

 

Cynara cardunculus, Beta vulgaris 'Verte à Carde Rouge' 03Rassembler pour mieux gérer

 

Dans un souci de rotation des cultures, il est bon d’associer des légumes de même famille ou de mêmes exigences culturales.

 

Association de cardons et bette au jardin des légumes oubliés à Sadirac (33) (photo Vavou)


La fève et le pois, comme la plupart des légumineuses, ont une action commune d’enrichissement du sol en azote. L’enfouissement des fanes après la récolte prépare le terrain pour recevoir une culture exigeante de légumes-feuilles comme le chou et le céleri. Vous installerez ces derniers sur la même parcelle après l’avoir enrichie en azote par un moyen quelconque : amendement organique (fumier ou compost), une culture de légumineuses (pois, haricots, engrais vert) ou par un complément d’engrais azoté, de préférence organique. L’année suivante, vous pourrez installer des légumes peu exigeants, aux racines superficielles, comme l’oignon, l’échalote et la poirée.

Les légumes-racines tels la carotte et le panais explorent des niveaux de sol plus profonds. Leur culture simultanée permet d’avoir une meilleure utilisation des richesses du sol après une culture de tomates ou de courges par exemple.

 

Une couverture pour le solchou pomme de terre010 redimensionner

 

 Lorsque l’espace est réduit au jardin, le fait de planter des légumes différents les uns à côté des autres permet d’éviter le lessivage des éléments minéraux et limite les effets de l’évapotranspiration. On peut par exemple associer les salades et les carottes afin de garder le sol plus frais. Autre exemple : Le repiquage de laitues au pied de jeunes tomates laisse le temps aux salades d’être récoltées avant que les tomates n’occupent tout l’espace. Le sol est ainsi constamment protégé par un couvert végétal qui évite l’entraînement de l’azote par les eaux d’arrosage.

 

 

 

 

 

Photo ci-dessus : Le feuillage des pommes de terre occupe l’espace entre les choux

 

Perilla frutescens, Audenge (33) Lucasson 34432 redimension

 

 

Un effet répulsif

 

L’association tomate-basilic facilite la récolte pour vos préparations de salades d’été ou de sauces bolognaises. Le basilic aurait en outre, une action protectrice contre les parasites de la tomate. Le persil est invité à faire partie de la combinaison car sa germination serait grandement facilitée par la proximité de la tomate !

 

Tomate et Perilla, une plante aromatique pourpre qui parfume les soupes chinoises, dans mon potager près d'Arcachon. Vous noterez quelques ipomées et Cosmos sulfureus qui se sont invités tout seuls  (Photo Vavou)

 

 

 

Une fécondation améliorée

En installant des plantes mellifères parmi les pois, haricots ou tomates, vous augmentez le potentiel de récolte. Abeilles et bourdons se font un plaisir de virevolter parmi les fleurs de lavande, de phacélie ou de sarrasin (par ailleurs utiles comme engrais vert) tout en rendant une petite visite aux fleurs de vos légumes.

 

Des effluves pour éloigner les parasites

Les plantes de la famille des Liliacées (poireau, oignon, ail, échalote) et certaines fleurs au parfum puissant (œillet d’Inde, soucis, lavande, menthe, basilic…) perturbent l’orientation des insectes parasites qui se guident à l’odorat pour atteindre leurs cibles. Ainsi l’œillet d’Inde ou la ciboulette protègent les tomates de nombreux ravageurs, en particulier des pucerons et des mouches blanches (aleurodes) : plantez un plant d’œillet sur le rang entre chaque pied de tomate ou bien semez des graines sur un rang parallèle. A noter que l’œillet d’Inde permet aussi de lutter efficacement contre les nématodes du sol.

 

Potager Chez Evelyne Métivier 21322 redimensionner

 

Associer des oeillets et des tomates, c'est bon et beau ! Potager du bassin d'Arcachon (Photo Vavou)

 

L’oignon ou le poireau repoussent la mouche de la carotte. L’odeur des fanes de carotte agit à son tour contre la teigne du poireau ("ver du poireau" qui est en fait une chenille). De façon générale, les plantes au feuillage aromatique éloignent les parasites tout en attirant les insectes bienfaiteurs par leur floraison.

Contre la chenille de la piéride du chou, plantez des sauges, romarin, absinthe, thym ou tanaisie à proximité. Vous pouvez aussi intercaler des pieds de menthe, cultivés en pot pour éviter leur expansion, entre les choux.

 

 

Cucumis sativus, concombre, Doubs (25) Nancray 27084 redimeLa capucine attire les pucerons sur elle ainsi que les insectes pollinisateurs qui améliorent la  production des concombres à proximité - Potager près de Besançcon (25)

(Photo Vavou) 

 

Séduire pour mieux combattre

Les fleurs en forme de soleil (œillet d’Inde, gaillarde, soucis, aster, coreopsis…) séduisent les insectes auxiliaires tels que le syrphe. Cet insecte volant est semblable à une mouche au corps rayé de jaune et noir. Sa larve se régale des pucerons au même titre que la coccinelle. En mêlant les fleurs aux légumes, vous instaurez une lutte biologique contre le puceron à moindre frais, à condition de ne pas appliquer de traitement insecticide qui tue les bons et les mauvais insectes sans distinction ! Des capucines plantées au pied de fruitiers ou d’un potager attirent les pucerons sur elles, protégeant ainsi l’objet de votre culture.

 

Potager, Doubs (25) Nancray 27060 redimensionnerBrouiller les pistes


Les choux sont moins sensibles au puceron cendré et à la mouche du chou s’ils côtoient une autre famille de plantes comme des haricots. Cette proximité perturbe l’insecte qui finit par s’éloigner du site.

 

 

 

La diversité des plantes sur un même espace brouille les pistes des ravageurs. Potager près de Besançon (25) (Photo Vavou) 

 

 

 

 

 

 

 

 


Des associations à éviter

Issus de l’expérience de nombreux jardiniers, cette liste ne révèle pas d’incompatibilité stricte entre les légumes. Simplement, l’observation a montré que ces légumes poussaient moins bien, qu’ils se montraient plus vulnérables aux maladies et qu’ils offraient moins de rendement lorsqu’ils étaient plantés ensemble.

 

Légumes à ne pas associer avec :

Ail, oignon, échalote, poireau

Haricot, pois, lentille, fève, asperge

Aubergine

Pomme de terre (sensibles tous deux aux doryphores)

Betterave

Tomate, haricot à rames, carotte, pomme de terre, poireau, maïs

Carotte

Betterave, aneth

Céleri

Persil, laitue, pomme de terre, maïs

Chou, chou-rave

Tomate, fraisier, radis, oignon, chicorée, poireau, fenouil, souci, capucine

Courge

Pomme de terre, melon, radis, fenouil

Cornichon, concombre

Pomme de terre, tomate, melon, radis

Epinard

Fenouil

Melon

Courge, concombre, pomme de terre

Persil

Céleri, Laitue, pois, poireau

Poireau

Pois, haricot, chou, fève, oignon, persil, poirée

Tomate

Betterave, chou, concombre, cornichon, fenouil, haricot, pois, pomme de terre

 

Petite remarque sur les associations proposées : Il m’est arrivé d’oublier une pomme de terre dans le sol et que celle-ci se mettre à germer l’année suivante au milieu des aubergines. Rassurez-vous, j’ai récolté les deux légumes même si cette association est déconseillée.

 

Association d'aubergine 'Blanche Ronde à Oeuf', et salade dans un potager à Bordeaux (33) (Photo Vavou)


Solanum melongena, aubergine 'Blanche Ronde à Oeuf' 21936 

Publié dans Potager

Commenter cet article

KAMATE 01/04/2017 14:18

L'article est plus qu'interressant.

pinaud 11/12/2016 21:46

Super blog, merci.
Je vous ai fait un petit tableau de l'association des légumes au jardin si ça peut aider ...
http://mamaisonsolaire.over-blog.com/article-tableau-association-des-legumes-au-jardin-102471647.html

Vavou 12/12/2016 08:36

merci pour l'info !