Un jardin de fruits décoratifs

Publié le

Un jardin de baies



Qui n’a rêvé un jour de posséder un jardin aux arbustes chargés de fruits sucrés et colorées tels des bonbons ? Malheureusement, les petits fruits rouges appréciés des hommes disparaissent rapidement quand arrive l’automne tandis que, la nature faisant bien les choses, les oiseaux gardent la possibilité de se délecter quelques mois encore d’une multitude de petits fruits décoratifs multicolores. A défaut de les croquer, dévorez-les des yeux !

 

 

1 Les Cotoneaster

Cotoneaster lacteus -Photo Vavou

    16B-bis-Cotoneaster-lacteus_23378_redimensionner.jpgCes arbustes un peu boudés du fait d’une utilisation à outrance dans le passé recèlent pourtant de grandes qualités. En dehors de leur robustesse à toute épreuve, la variété de leurs feuillages –persistants ou caducs selon l’espèce– dans leur dimension et leur coloris ainsi que la présence de baies en automne – hiver ouvrent de multiples possibilités d’associations. En jouant sur la taille des feuillages, vous donnerez une illusion d’espace dans un jardin exigu. Il suffit de placer des feuillages larges au premier plan (Cotoneaster frigidus, lacteus…) et les plus fins en retrait de façon à paraître plus éloignés (Cotoneaster microphyllus ou horizontalis). Ce dernier reconnaissable à ses rameaux en arête de poisson gagne à être palissé contre un mur ou placé au pied d’un gros arbuste. Il existe aussi une forme pleureuse conduite sur tige C. ‘Hybridus Pendulus’ qui constitue un point de mire au milieu d’un endroit dégagé ou qui ajoute un peu de rigueur dans une plantation libre. Les baies se colorent généralement de rouge mais aussi d’orange chez C. franchetii.

 

 

 

 

 

2 Les sorbiers

 16A-Sorbus-aucuparia_12052_redimensionner.jpgSorbus aucuparia- Photo Vavou  

   

   

  

Le sorbier des oiseleurs Sorbus aucuparia est le plus répandu dans nos jardins. Il est apprécié pour son feuillage composé et finement denté virant au jaune d’or à l’automne et ses bouquets de baies rouge vermillon qui apparaissent depuis juillet jusqu’en hiver après une floraison blanche en mai. L’arbre ne dépasse guère 10 m de haut en culture. Il peut aussi se tailler régulièrement pour conserver une forme buissonnante et s'intégrer dans une haie libre.

A noter que le cormier Sorbus domestica est un très bel arbre fruitier qui produit de petites poires rosées de 3 cm de long à manger blettes ou sous forme de cidre !

Originaires des régions tempérées fraîches, les sorbiers apprécient les hivers bien marqués et poussent dans tous sols bien drainés, au soleil ou à mi-ombre.

 

 

 

3 Les pommiers d’ornement

      16E-Malus--John-Downie-_1902_redimensionner.jpg





   
   



Fruits du Malus 'John Downie’ (rouges) et de ‘Golden Hornet’ (jaunes)16F-Malus--Golden-Hornet-_1905_redimensionner.jpg

 

 

  

  

 

 

Le pommier apprécie les ambiances fraîches et humides, exposé en plein soleil ou à mi-ombre. Offrez-lui une bonne terre de jardin, bien drainée.

 

 

 

 

4 « L’arbre aux faisans » Leycesteria formosa

Leycesteria formosa 

16G-bis_28072_redimensionner.jpgLe Leycesteria appelé aussi « chèvrefeuille de l’Himalaya » est un arbuste de la même famille que lui mais qui présente un port arbustif. Ses tiges creuses, munies de nœuds, portent un feuillage vert jade ou doré, semi-persistant. De petites chaînettes blanches et pourpres pendent gracieusement le long de ses rameaux pendant toute la durée de l’été. Les fleurettes blanches cèdent quasi simultanément la place à des baies lie de vin, accompagnées de bractées pourpres qui ornent les rameaux pendant une bonne partie de l’hiver. Elles peuvent être employées pour relever les viandes.

Dans n’importe quel terrain, réservez une place au soleil ou à mi-ombre à cet arbuste de croissance rapide qui occupe un certain volume : 1,80 m de haut pour 1,50 m de large. Comme son nom l’indique, ses baies constituent un mets de choix pour les faisans et les oiseaux de façon générale. Plantez-le en enterrant la motte de quelques centimètres car c’est une espèce drageonnante et n’hésitez pas à rabattre les rameaux au ras du sol, chaque printemps.

 

5 Le Callicarpa

Baies du Callicarpa bodinieri var giraldii ‘Profusion’

Le Callicarpa forme une masse érigée et touffue de 2,50 m en tout sens. Ses rameaux un peu désordonnés affichent une disposition régulière de feuilles opposées, vert sombre, duveteuses sur le revers. Ses petites fleurs rose lilas ornent délicatement les rameaux en juin même si son principal attrait réside dans sa fructification abondante de petites baies violettes ou mauves aux reflets de nacre. Les feuilles déclinent également de belles teintes automnales.

Les rameaux nus chargés de baies peuvent servir à décorer la maison.

Pensez à mettre ceux-ci en valeur par la plantation de vivaces au pied. Leur reflet mauve ou violet se détache merveilleusement devant un tapis argenté d’oreilles d’ours (Stachys byzantina) ou de Lysimachia clethroides, fleuri en septembre.

 

6 Les rosiers rugueux

 Floraison du Rosa rugosa ‘Hansa’

Les rosiers rugosa sont aussi jolis en fruits qu’en fleurs. Ils forment des buissons particulièrement intéressants pour former des haies de séparation du fait de leur caractère très épineux et de leur taille comprise entre 1,50 m et 2 m. Leurs grandes fleurs simples ou semi-doubles présentent une large gamme de coloris allant du blanc Rosa rugosa var. alba au pourpre R.‘Hansa’ en passant par le jaune R. ‘Agnès’. 'Pink Grootendorst' possède une floraison continue de fleurs roses aux pétales ciselés comme des œillets, de mai à octobre. De gros fruits rouge tomate persistent jusqu’au milieu de l’hiver. Le feuillage rugueux prend également de jolies teintes automnales jaune orangé.

Ces rosiers supportent un faible ensoleillement et des sols relativement médiocres. Leur caractère drageonnant permet de constituer des haies épaisses.

 

 

 

Publié dans Arbustes

Commenter cet article